• Nos infolettres
  • Les alternatives et contexte tarnais

Lettre d’information N°18

Lire la lettre


Lettre d’information N°17

Lire la lettre


Lettre d’information N°16

Lire la lettre


Lettre d’information N°15

Lire la lettre


Lettre d’information N°14

Lire la lettre


Lettre d’information N°13

Lire la lettre


Lettre d’information N°12

Lire la lettre


Lettre d’information N°11

Lire la lettre


Lettre d’information N°10

Lire la lettre


27.10.2023

Lettre d’information N°9

Lire la lettre


11.10.2023

Lettre d’information N°8

Lire la lettre


22.09.2023

Lettre d’information N°7

Lire la lettre


06.09.2023

Lettre d’information N°6

Lire la lettre


30.07.2023

Lettre d’information N°5

Lire la lettre


12.07.2023

Lettre d’information N°4

Lire la lettre


21.06.2023

Lettre d’information N°3

Lire la lettre


12.06.2023

Lettre d’information N°2

Lire la lettre


22.05.2023

Lettre d’information N°1

Lire la lettre


Il est temps de penser à la sobriété en matière de bitume, nous avons 600 usines d’enrobé a chaud en France, nous sommes les premiers en Europe et nous avons de quoi couvrir largement le réseau routier français et ses plus d’1 M de kms, alors pourquoi nos routes du Tarn sont si abimés, d’abord parce que ça coute cher (en moyenne 40€ le mètre carré pour de l’enrobé chaud) et que nos collectivités n’ont pas les moyens de payer le prix pour entretenir les routes plus régulièrement, du au fait aussi que l’Etat s’est déchargé de l’entretien de nos routes depuis 2003, un autre point qui accentue la détérioration des routes, 1 camion passant sur une petite départementale correspond à 10 000 véhicules, il faut entretenir les routes c’est important, 26% des accidents mortels sont du a l’état des routes, mais nos usines existantes sont suffisantes pour cet entretien, pas besoin de bombes sanitaires supplémentaires construites proches de nos villages…

L’urgence climatique nous l’oblige il faut des alternatives, re dynamiser le ferroviaire, et surtout le FRET (transport de marchandises), il faut en plus augmenter les transports en commun et leur fréquence pour réduire l’impact en trajets sur les routes, arrêtons le toujours plus de routes.

Des projets alternatifs émergent partout, moins polluants comme les bitume verts, les usines capotées complètement recouvertes.


ASSOCIATION POUR LA PRÉSERVATION DE LA QUALITÉ DE VIE

« Enrobés, bitumes et fumées toxiques »


FEDERATION POUR DES ALTERNATIVES AU BITUME PETROLIER


Le contexte tarnais :

Voté en juin 2022, dans la vison du Schéma Régional d’Aménagement de Développement Durable, et d’Egalité des Territoire, le RRIR trace les axes prioritaires pour le développement économique de l’Occitanie.

Décarboner ou désengorger Toulouse, en carbonant le Tarn en voilà une idée lumineuse !!! Le développement de l’Occitanie doit en passer par là…

Pour cela et aider à la réalisation du RRIR (réfection, agrandissement des routes), implantons 5 centrales d’enrobé à chaud…

Les alternatives attendront, pour le train seulement 6 lignes prioritaires sur la vision 2040.


L’alternative ferroviaire ça n’est pas pour tout de suite…

La France a investi deux fois plus dans les routes que dans le rail depuis 1995

L’OBS 19/10/23


Ces 23 lignes stratégiques que Fret SNCF va devoir sacrifier

Entre 300 000 et 530 000 camions en plus sur nos routes par an…

LES ECHOS 17/10/23


L’auto-train de la SNCF existe t-il en France en 2023 ?

Malheureusement, le service d’auto-train de la SNCF est arrêté depuis décembre 2019. Tout comme les trains de nuit auquel il est souvent associé, le service a progressivement décliné à partir des années 1980 avec le développement des autoroutes. Le faible taux de remplissage des wagons de transport de véhicules ont entrainé plusieurs millions de pertes d’euros chaque année pour la SNCF et ont eu raison du service auto-train. Même si aujourd’hui cela semble une aberration à l’heure de l’urgence climatique… Nous en parlons d’ailleurs dans notre manifeste pour le train de demain.

Avant la fermeture du service en 2019, il ne restait déjà plus que six lignes d’auto-train en France depuis la gare de Paris Bercy. Il était ainsi possible d’embarquer en auto-train avec sa voiture à Paris et de se rendre jusqu’à Marseille, Nice, Perpignan, Fréjus – Saint-Raphaël, Toulon ou encore Avignon.


VOYAGER EN TRAIN !

Manifeste pour le train de demain


Autoroute Toulouse-Castres : les opposants saisissent le Conseil d’État et proposent une nouvelle alternative

LA TRIBUNE 29/08/23


Les vignerons des Corbières s’opposent aux centrales à enrobé 12/07/18…

ET LE GAILLACOIS ???


Documents techniques et scientifiques: